top of page
Rechercher

Comment reconnaître et stopper la manipulation d’un(e) pervers narcissique au plus vite

Dernière mise à jour : 29 mars 2022


Utilisez l’acronyme SADDAMI

Les pervers narcissiques et le harcèlement moral ont fait beaucoup de bruit ces dernières années. Le terme PN commence à fatiguer beaucoup de monde ayant tendance à être attribué impunément à toute personne un temps soit peu auto-centrée. Je suis totalement d’accord que coller des labels aux personnes sans avoir une idée claire des attributs spécifiques d’une pathologie est dangereux. Mais le fait que le terme ait été dilué par un emploi trop hasardeux n’empêche en rien que l’abus pervers narcissique est bien présent à tout les niveaux de notre société. Et il est dévastateur pour toute personne qui en subit la réalité. Ce trouble de la personnalité n’est pas un phénomène occasionnel qui touche quelques individus. C’est bel et bien un courant de société, un symptôme d’une culture malade basée sur le pouvoir, l’image, la manipulation médiatique et l’oppression. Le patriarcat ou la culture du mâle blanc, qui dirige notre façon de penser et de faire depuis des millénaires, surtout en occident, prône insidieusement la domination d’une race, d’un sexe, d’une nation ou d’un groupe sur un autre. Souvenons-nous que les femmes ont le droit d’élire leurs représentants politique uniquement depuis 1944. Que les afro-américains aux USA ont le droit de manger dans les même restaurants que les blancs depuis seulement 1964. Humainement, c’est absurde. Et pourtant, c’est la société dans laquelle nous baignons tous. Plus récemment, la guerre en Ukraine met en scène un célèbre pervers narcissique qui impose sa loi, et d’un revers de manche, c’est l’instabilité, l’insécurité, la destruction et la panique qui règnent. Ces grands conflits de guerre peuvent paraître lointains pour nous qui en subissons pour l’instant uniquement les conséquences économiques. Et pourtant, à échelle plus individuelle, ces jeux destructeurs de pouvoir se passent au niveau du couple, des amitiés, du travail et de la famille. Comme pour toute pathologie, c’est un ego, un mental profondément blessé qui régit le comportement d’un ou d’une pervers narcissique. Il semblerait qu’à un certain point, la personnalité passe en mode destruction. Il est impossible de recenser tous les scénarios traumatiques de l’enfance, les causes potentiellement héréditaires qui peuvent mener une personne à développer cette pathologie. Je vous donne ici les comportements principaux, selon moi, qui vous permettent de reconnaître, en cas de doute, si la personne avec qui vous avez des problèmes exhibe des tendances ou même la pathologie dans toute sa « splendeur ». Attention, nous avons tous des traits de caractères narcissiques, nous sommes tous par moment absorbés par notre propre personne au point que notre entourage devient juste un objet ou un outil pour combler nos propres besoins. Mais… quand les tendances citées ci-dessous sont permanentes, que le personne ne se remet jamais en question (ou uniquement temporairement quand il s’agit de de récupérer son jouet), alors il y’a de grandes chances que vous ayez à faire à un ou une pervers narcissique. Et là, il s’agit de couper tout contact si possible. Si ce n’est pas possible, minimiser le contact et l’épurer de tout investissement affectif et personnel. Prenez soin de vous, et aller explorer pourquoi vous graviter vers ce genre de personne, surtout si c’est un schéma répétitif pour vous. Mais ça, c’est un sujet pour un autre post. Voici donc, selon mon expérience personnelle et professionnelle, les comportements classiques de la manipulation pervers narcissique:

Retenez l’acronyme SADDAMI pour identifier les différentes phases du processus


Séduction rapide

S’applique surtout aux amitiés, au couple et au contexte professionnel. Si vous avez grandi avec un parent pervers narcissique, vous avez connu toutes les phases en même temps. Les anglais appellent cette phase le « LoveBombing ». Le PN vous exprime sa fascination par des gestes grandioses et effusifs, des flatteries, qui paraissent un peu too much et surtout très précipités par rapport à l’intimité naissante de vos rapports.

« J’ai jamais ressenti ça pour personne »

« Tu es la meilleure chose qui me soit jamais arrivée »

« Mes autres amis m’ont tellement déçu, mais avec toi c’est différent parce que tu es tellement génial/spécial/drôle… »

« Mon enfant est ce que j’ai fait de mieux dans ma vie »

« Je ne suis rien sans toi »

Le concept, c’est que le PN a reconnu dans votre faille à vous, le type de mots qui vont apaiser temporairement votre blessure: manque d’estime de soi, de confiance, peur de l’abandon, du rejet etc. Et il va en faire des caisses, plus ou moins subtilement, en utilisant son charisme et son aile « sympathique et attentionnée » pour obtenir des informations sur vous et vous nourrir de ce petit lait chaud qui va doucement endormir votre discernement.

Un autre concept utilisé par le PN dans cette phase est le FutureFaking: Surtout utilisé dans un contexte amoureux, le PN va vous dessiner un avenir rose avec lui, faire des promesses rapides de vacances, mariages, famille, voyages, maison… qu’il n’a aucune intention d’honorer. Encore ici, il vous dit exactement ce que vous souhaitez entendre, souvent lié à des choses que vous désirez désespérément selon votre blessure, afin d’obtenir de vous ce qu’il veut: argent, admiration, domination, pouvoir, sexe etc.


Mots clés de cette phase: #lovebombing #futurefakeing #flatteries #séduction #enfairedescaisses

Antagonisme

Puis tout à coup, une fois que vous êtes bien réchauffé, sous le charme, en confiance, malléable, ouvert, le charme s’arrête, et vous ne comprenez pas pourquoi, mais le PN commence à créer des problèmes là où il n’y en a pas. Il va créer des conflits qui sortent de nul part, commencer à vous faire des reproches, vous accuser, vous dénigrer, vous rabaisser. C’est la phase de déstabilisation qui commence, le PN va utiliser l’invalidation, l’humiliation, la dénigration, le conflit en tout genre pour commencer à vous faire perdre pied, avec des phrases piquantes du style:

« C’est de ta faute si la soirée ne s’est pas bien passée, tu avais une mauvaise énergie »

« Tu as encore oublié de me rappeler de prendre mon écharpe, c’est quand même pas difficile »

« Je ne sais pas si je peux être vu en public avec toi quand tu portes cette robe »

« C’est de ta faute si tu n’as pas d’amis, tu est égoïste comme ton père »

« Tu es née pour faire de la merde »

« Moi qui suis si ouverte et souple, je ne sais pas comment faire avec une personne si fermée comme toi »

« J’en ai parlé à ma psy, qui m’a dit que tu avais beaucoup de chance d’être avec un personne comme moi. »

« J’ai vu Brigitte ce matin, ta collègue qui a eu le poste, qu’est-ce qu’elle est en forme »

« Je pense qu’elle à eu le rôle, elle, parce que son jeu est plus moderne et nuancé »

Vous comprenez le concept: Le PN est glorieux, vous êtes soudainement sans valeur aucune, ou de bien moindre valeur, alors que juste avant vous étiez la clé de son bonheur. Et, il va vous le faire comprendre par des accusations ou des comparaisons plus subtiles et insidieuses qui vont vous donner mal au ventre.

Mots clés de cette phase: #conflit #humiliation #dénigrement #attaques #reproches



Dercevelage (Gaslighting)

Attention, ça se corse! En anglais appelé le Gaslighting. De plus en plus reconnue comme tactique de déstabilisation insidieuse, cette technique peut rendre fou et, selon moi et pour l’avoir vécu, c’est surtout ce jeu là qui engendre un stress-post traumatique sévère chez les victimes des pervers narcissiques. Grand menteur, le PN va donc… mentir, simplement nier des faits pourtant incontestablement vrais pour faire douter la personne de ces perceptions. Pire encore, il va vous faire comprendre que c’est un manquement de votre part si vous n’avez pas bien perçu ce qu’il voulait dire et vous faire donc culpabiliser et douter de votre intégrité:

« Je n’ai jamais dit ça, c’est toi qui déformes toujours tout »

« Mais c’était un blague, oh là là tu n’as vraiment aucun humour »

« Mon Dieu, ce que tu peux être susceptible, franchement, pour ces broutilles en plus »

« Mais non, pas du tout, ça ne s’est pas passé comme ça, demande à Joséphine, elle pense comme moi! »

« Mais tu es complètement folle, je n’ai jamais dit ça »

« C’est toi, tu est trop sensible, on ne peux jamais rien te dire »

« C’est tout dans ta tête »

« Mais tu imagines des choses toi dis donc… »

Et dans le gaslighting, toujours pour vous rendre dingue et coupable, il y a aussi les dénigrements déguisés en compliments:

« Ce jean te va bien, mais il y a des petits bourrelets qui dépassent c’est dommage »

« Tu est très belle, mais pas très futée haha »

« Oh pardon je ne t’avais pas reconnue, tu es si bien habillée aujourd’hui! »

C’est un lavage de cerveau qui dans la durée vous fait douter de votre identité, de la légitimité de vos besoins et de vos émotions, de vos réactions et qui va vous mettre en état d’hypervigilence et de stress. Cet état de stress peut provoquer des réactions de défense plus ou moins violentes (tout à fait normales) que le PN va utiliser pour vous enfoncer encore:

« Tu vois, tu perds la boule, tu est complètement fou, prochaine étape hôpital psychiatrique … »

« Regarde, je t’avais bien dit que c’est toi qui détruis notre relation, tu as vu comment tu me parles »

« Tu es vraiment malsaine comme personne, je mérite bien mieux que toi »

Mots clés de cette phase: #doute #decervelage #gaslighting #culpabilisation #mensonges #déstabilisation

Destruction

Le PN va osciller entre séduction, antagonisme et décervelage dans une danse chaud/froid déstabilisante et inquiétante qui vous fait douter de la relation, de vous, de toute votre réalité. C’est cette emprise du chaud/froid et la perte de lien avec la réalité qui engourdie la victime qui se raccroche encore plus au PN comme pilier d’une réalité pré-mâchée. L’attachement traumatique au bourreau est parfois si fort que la personne va justifier, rationaliser le comportement abusif auprès de ces proches et prendre la responsabilité pour tout: « Mais non, tu comprends c’est parce qu’il traverse une période difficile au travail et moi je fais des erreurs stupides… ». Mais si la personne sous emprise décide de mettre fin à la relation, alors le PN passe en mode destruction.

Le but étant de vous isoler encore plus et de retourner votre entourage contre vous par la diffamation, les mensonges à votre égard, des ragots. Il va faire en sorte de détruire votre réputation et de vous faire passer pour incompétent, instable, coupable, agressif, fou. Tragique à voir dans tous les contexte, et particulièrement quand le PN utilise cette destruction dans un contexte légale pour obtenir la garde des enfants, ou pour décrédibiliser un employer qu’il veut évincer. Le PN est vindicatif et va essayer de se venger pour rétablir son sens du pouvoir après votre départ. C’est souvent dans cette phase que les personnes sous éprises craquent. Isolées, décontenancées, intimidées, impuissantes, culpabilisées, elles reviennent vers le PN, ne pensant avoir d’autres choix que de consentir à son chantage. Dans le contexte familial, il n’est pas rare que le PN montent les membres d’une même famille les uns contre les autres, derrière leur dos: diviser pour mieux régner.


Mots clés de cette phase: #mensonges #ragots #vengeance #polarisation #destruction #diffamation

Arrogance

Et pourtant rien ne change. La marque la plus évidente que vous vous trouvez devant un ego inflexible et destructeur sont l’arrogance et la rigidité. Cette attitude d’ayant droit, de ‘tout m’est dû’: Ses besoins, ses demandes, ses humeurs sont tout ce qui comptent et les vôtres sont rarement, voire jamais pris en considération. La rigidité est cette incapacité à se remettre en question, vous pouvez exprimer vos griefs et vos suggestions de changements à maintes reprises, rien ne changera. Cette personne ne fera pas de pas vers vous, peu importe les excuses, les promesses, les fabulations qu’elle a pu vous délivrer pour vous amadouer ou vous reconquérir. Vous vous retrouverez toujours et inévitablement au même point de départ et ça vous fera perdre la tête et les nerfs. Une relation saine est basée sur la considération de la réalité de chacun, dans cette relation d’abus il n’y a qu’une réalité qui compte: la sienne. La votre est présentée comme ridicule, biaisée, immature, au mieux pas importante, imaginée, puérile ou erronée. Attention à cette rigidité et cette incapacité à se remettre en question pour mettre en action des changements qui vont dans le sens constructif d’une relation. Vous n’avez pas de temps à perdre face à ça, faites vos sacs et partez.

Mots clés de cette phase: #arrogance #rigidité #toutmestdû #glacial

Manipulation

S’il y avait que du mauvais dans cette histoire, il serait tellement plus simple de ne jamais se rapprocher de ce type de personne. Mais l’essence du PN est la manipulation, l’alternance de douches chaudes et froides qui vous mettent dans un état d’alerte, en même temps vous pétrifie, comme un lapin dans les lumières des phares d’une voiture. Le PN est souvent charismatique et éloquent, charmant, sympathique au première abord. Mais pas toujours. Dans tous les cas, il sait feindre la vulnérabilité et l’empathie à merveille et pourra se montrer tendre, sensible, compréhensif et compatissant occasionnellement quand cela lui sert. Il sait imiter la vulnérabilité et l’authenticité humaine, mais ne la ressens pas. Coupé de ses émotions vulnérables, il n’est pas capable de se relier aux autres, de se mettre à la place d’une autre personne, même si c’est ce qu’il prétend. La preuve est bien cette rigidité: Après les excuses, les effusions de regrets, les promesses de changements, il vous fait revivre exactement la même chose une minute après. C’est absolument terrifiant à voir et à ressentir sur le long terme. Une des ses tactiques de manipulation est la victimisation: il va se poser en victime pour s’attirer les faveurs de son entourage. Le bouc émissaire, et bien, c’est vous, indigne personne ingrate et brutale que vous êtes.


Mots clés de cette phase: #manipulation #victimisation #chaudfroid

Image

Tout ça pourquoi? Pour son image, la galvaniser, la polir, la propulser sur le devant de la scène. Le PN vit pour son image, dissocié de son vécu immédiat, il investit toute son énergie dans la création et le maintien d’une histoire fictive sur lui. Histoire dans laquelle vous, et tout autre humains ou animal, êtes des objets. Et ça, il faut bien le comprendre: vos besoins d’humain ne veulent rien dire pour le PN, vous êtes un objet à aduler ou détruire selon l’humeur du jour ou les fluctuations de son image. Vos besoins, vos vulnérabilités, votre demande d’affection de partage authentique, votre vie intérieure riche sont des opportunités pour le PN. Dans le cas de parents pervers narcissique, qui se font des besoins de leurs enfants des opportunités pour gagner quelque chose, les négociations commencent très tôt:

« Je veux que tu comprennes, que je fais ça pour toi » Et en retour tu veux quoi?

« Je te donnes ça si tu fais des efforts pour t’entendre avec ton beau-père » Pourquoi, je n’ai pas le droit de pas m’entendre avec mon beau-père?

« Après tout ce que j’ai fait pour toi, comment peux tu me faire une chose pareille! » Oscar meilleur actrice drame féminin

Le parent PN culpabilise son enfant du fait de lui avoir donné à manger et un toit sur la tête afin d’obtenir quelque chose de lui. N’ayant pas compris que c’est une tâche parentale qui ne demande pas de récompense. L’enfant projettera ensuite cette condtionnalité du donner/recevoir sur ses autres relations; entant qu’adulte, et il aura plus de mal à s’ouvrir à recevoir de l’aide des autres.

Peu importe le contexte, rien est gratuit avec le PN et son image, la bienséance, le pouvoir sont les moteurs de sa motivation.

Mots clés de cette phase: #image #pouvoir #bienséance #objet #conditionnel

Reconnaître qu’on est sous l’emprise d’une relation avec un PN, se remettre du stress post-traumatique d’un tel décervelage peut prendre beaucoup de temps. Si vous avez réussi à partir ou à réduire le contact au strict minimum pour qu’il ne soit plus destructeur pour vous, c’est un exploit, bravo. En général, le PN utilisera tout ce que vous lui donnez comme information contre vous, pour se venger, vous appâter à nouveau dans des dynamiques relationnelles abusives et toxiques. Drainez la source et fermez le robinet complètement. Et tournez-vous vers vous même pour prendre soin de vous. Selon moi, il y’a des étapes clé pour se remettre d’une telle experience:


1) Reconnaître, accepter qu'il y a eu abus et couper tout contact.

2) Prendre le temps de vraiment ressentir toute la game d'émotions conflictuelles que vous avez: colère, culpabilité, tristesse, rage, honte, désespoir, incompréhension. Parlez en à des personnes de confiance ou même à un thérapeute compréhensif qui vous aidera à apaiser et guérir toutes cette confusion et perte d'autonomie que vous ressentez. Ne hâtez pas ce processus en voulant passer vite à autre chose. Il y aura des jours avec et des jours sans, c'est normal. la guérison prend du temps, octroyez-vous ce temps et cette attention.

3) Reconnecter-vous à la Nature, faites des activités qui vous font du bien, entourez vous de personnes qui vous comprennent et qui veulent votre bien.

4) Les groupes de paroles peuvent être une aide formidable pour se remettre d'un tel traumatisme. Partage, authenticité, vulnérabilité, force dans le plus grand nombre, régularité... Le groupe peut être magique.

5) Petit à petit retrouver qui vous êtes, vos envies, vos besoins, vos activités, vos proches...

6) L'écriture automatique est un moyen puissant pour accompagner votre guérison et donner voix à toute votre vie intérieure qui aura besoin de s'exprimer.


Note importante: Si vous avez souffert de l'abus pervers narcissique mais vous avez également pu vous comporter par moments de façon à vous reconnaitre dans les traits de caractère d'un PN, vous doutez peut-être et vous vous demandez: Et si c'était moi le pervers narcissique? Sachez qu'il est possible de se comporter par moment, surtout en situation de stress, de façon abusive, sans être un PN. Le simple fait que vous vous posiez la question prouve que vous en êtes pas un. Le PN ne se pose pas la question de savoir s'il a une part de responsabilité dans les circonstances de sa vie. Si vous sortez d'une relation avec un PN, il est fort possible que votre sens de votre identité soit affecté et que vous ne voyiez plus les limites entre vous et votre PN, vous doutez de vous, de vos émotions, de vos perceptions, de vos droits et surtout de votre légitimité entant qu'humain. Le dénigrement et et la culpabilisation à long terme ont fait leur travail sur vous. Prenez le temps de reconnaitre que vous avez été sous emprise d'un très mauvais jeu.

Pour les personnes qui reconnaissent la pathologie PN chez un ou les deux parents, ou autre membre proche de la famille, c'est encore plus dur. Vous n'êtes pas un PN mais vous souffrez probablement du stress post traumatique complexe de l'enfance (après abus, négligence et mal-traitance) et on vous a appris à douter de vous constamment et vous auto-critiquer férocement. Ces comportements auto-destructeurs et toutes les difficultés relationnelles, financières et de santé que vous rencontrez peuvent également vous faire penser que vous avez cette pathologie. Neni! Mais il est quand même nécéssaire de travailler sur vous pour guérir de vos blessures d'enfance et mettre en place des comportements et systèmes de pensées plus constructifs qui vous emmèneront vers une vie qui vous ressemble. Pour en savoir plus sur le SSPTC (stress post-traumatique complexe de l'enfance) c'est par ici.


Patience, Amour et Soin de Soi, Courage! Vous serez une autre personne après cette épreuve, mais une personne encore plus forte et profonde. Il n'y a aucun doute.

40 vues0 commentaire
bottom of page